Introduction – Scène 8/8…

A partir de demain soir, retrouvez Baptiste dans Demain, peut être… de Pascal Nowacki.
Tous les soirs du 16 au 19 décembre, 20h à Levallois.

demain peut etre nowacki


– SUR LES PLANCHES –

Nom : Daudet
Prénom : Baptiste

Ce que tu admires dans ton personnage :
Sa sobriété et sa sensibilité.


Une réplique ?
« Un mélange perturbant entre mélodie lancinante, pesante même et sa voix par-dessus qui me berçait. » 

 

– A L’AFFICHE –

« Rehausser le tabouret. S’échauffer les doigts. Ouvrir le clapet. Puis, rétablir ce lien si étroit et si puissant avec la musique. Ne serait-ce que par une simple caresse du bout des doigts sur les touches du piano. Alors seulement, les notes peuvent s’envoler, les accords éclater et les deux mains entamer leur valse endiablée. Pourtant cette danse n’est jamais totalement maîtrisée. A chaque fois que mes doigts entrent en contact avec cette surface lisse aux couleurs de jais et d’ivoire, un visage résonne dans mon esprit et m’invite à divaguer. Un doux sourire et deux yeux brillants l’accompagnent. C’est à ce moment-là que la sempiternelle leçon de piano reprend vie. C’est à cet instant précis que je deviens à la fois le maître dévoué et l’humble serviteur de cet instrument. Les rires et les larmes se confondent, les notes s’amplifient. Elles habitent le moindre espace, à la manière d’une vague déferlant sur un territoire trop longtemps asséché. Les tonalités qui s’échappent des cordes du piano se font alors tornade. Des souvenirs trop bien gardés redécouvrent ainsi la lumière du jour et émergent au gré de l’écume. Ne pas sourire, ne pas pleurer. Respecter la rigueur qui va de pair avec la musique. S’appliquer de sorte que nulle fausse note ne surgisse inopinément. L’exercice suscite de nombreuses émotions, mais il ne faut pas céder à la tempête, conserver le fil de la mélodie dans le labyrinthe des doubles-croches. Alors seulement, je peux vivre de la musique, et la faire vivre en retour. »

A propos de l'auteur
L'Entracte est la troupe de théâtre du CELSA, école de communication de Paris-Sorbonne. Composée d'étudiants amateurs, la troupe se renouvelle tous les ans et propose, en deux mois et demis, de monter une nouvelle pièce. De septembre à juin, l'aventure de l'Entracte est pleine de représentations à Paris et dans de nombreux festivals de théâtre ! Ces saltimbanques traversent donc la France avec la légendaire carriole de feu, symbole de notre troupe, qui transporte nos décors par monts et par vaux ! Délurés, déterminés et ambitieux, les membres de la troupe s'efforcent de toujours présenter une pièce de bonne facture. C'est toujours avec le sourire aux lèvres et l'énergie au ventre que la passion pour le théâtre et l'énergie de la troupe se transmettent de générations en générations, depuis douze ans maintenant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :