Meet Sonia.

Image

Sonia est solaire. Rieuse, spontanée et séductrice, sa plus grande faille c’est son fils Victor. Parce que « Même si elle lui donne tout, elle lui doit encore plus », Sonia garde le goût amer d’une vie passée à fuir son rôle de mère, vagabondant de mariages en divorces. L’adoration qu’elle voue à son « Vitia » n’admet aucune limite : Sonia accède à toutes les requêtes de son fils, s’attirant ainsi de gros problèmes d’argent et les remarques acides d’Hélène.Toutefois, elle reste toujours un peu détachée de ces considérations matérielles, et pour régler la dette affective qu’elle a avec Victor, elle creuse les siennes. Loin de sa Russie natale, ses repères tiennent en deux noms : Marie et Hélène.

Des chamailleries de bacs à sables aux angoisses de la vieillesse, il s’est tissé entre Sonia et ses deux amies une relation fraternelle dans laquelle elle pourrait être la cadette. Enfant, il n’était pas rare qu’elle se trouve victime de leurs moqueries, adolescente sa nature séductrice provoquait leurs jalousies, et aujourd’hui ce sont ses problèmes d’argent qui suscitent les avertissements d’Hélène. Déambulant dans sa vie avec une légèreté amusante, Sonia porte en elle une candeur touchante. Elle se complaît dans une existence haute en couleur dans laquelle elle se met en scène et s’adonne à tous les plaisirs sans modération, cultivant ainsi une forme d’insouciance face aux grandes interrogations de la vie.

Pour autant, ce que j’affectionne chez elle, c’est la relation qu’elle entretient avec le temps et c’est précisément autour de  cette question métaphysique que l’on se rencontre toutes les deux. Contrairement aux deux autres, « Le plus [elle] vieillis, le mieux [elle] aime ». La course de Sonia, c’est celle qu’elle engage contre un temps déjà dissout : celui de sa prime jeunesse où elle arrivait au cours du matin avec sa robe du soir après avoir dansé toute la nuit, celui qu’elle n’a pas accordé à Victor et celui qu’elle a consommé avec ses amants.

Pour panser les plaies de cette vie passée à s’occuper d’elle-même, c’est avec une excitation palpable qu’elle attend le jeudi, jour où elle reçoit Marie et Hélène chez elle pour boire le thé et se replonger avec elles dans leurs souvenirs, tantôt jubilatoires, tantôt déchirants.

A propos de l'auteur
L'Entracte est la troupe de théâtre du CELSA, école de communication de Paris-Sorbonne. Composée d'étudiants amateurs, la troupe se renouvelle tous les ans et propose, en deux mois et demis, de monter une nouvelle pièce. De septembre à juin, l'aventure de l'Entracte est pleine de représentations à Paris et dans de nombreux festivals de théâtre ! Ces saltimbanques traversent donc la France avec la légendaire carriole de feu, symbole de notre troupe, qui transporte nos décors par monts et par vaux ! Délurés, déterminés et ambitieux, les membres de la troupe s'efforcent de toujours présenter une pièce de bonne facture. C'est toujours avec le sourire aux lèvres et l'énergie au ventre que la passion pour le théâtre et l'énergie de la troupe se transmettent de générations en générations, depuis douze ans maintenant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :