L’envers du décor : l’équipe « déco/costumes »

La date de la première représentation approchant à grands pas, nous vous proposons aujourd’hui un voyage en immersion au cœur de la troupe, en vous présentant ces travailleurs de l’ombre qui contribuent à monter cette nouvelle pièce.

Commençons – littéralement – avec l’envers du décor et laissons la parole à Luccia, Laure, Caroline et Mathieu qui composent l’équipe haute en couleurs des « décos/costumes » !

L’équipe « Déco/costumes » (de gauche à droite)
Caroline, Laure, Luccia et Mathieu

« Même si tout notre travail se fait dans l’ombre, notre rôle est très important : nous travaillons main dans la main avec les metteurs en scène qui nous donnent les grandes lignes du projet pour que nous les concrétisions. Nous avons une approche plus réaliste : nous sommes dans l’action et la recherche, alors qu’eux sont dans l’idée. Il est donc important de capter l’esprit des personnages et de la pièce pour les transcrire visuellement.

Les costumes
Nous devons avoir une connaissance parfaite de la pièce, de la mode de l’époque, faite de matières légères, souples et brillantes qui correspondent au dynamisme de la pièce de Loleh Bellon. L’inspiration vient généralement sur le terrain, en présence des comédiens avec qui nous dialoguons. Nous partons de la matière pour aller jusqu’au détail : les couleurs correspondent à un tempérament, à un âge…rien ne doit être laissé au hasard.
L’acteur doit « sentir son costume », essentiel à son jeu et à l’appropriation de son personnage : il y a clairement eu un avant et un après costumes dans les répétitions.

« Tout est à sa place, mais rien n’est en trop. »

Les décors
Nous devons créer un décor dans lequel les personnages s’inscrivent, ils sont « des costumes dans un décor », tous doivent représenter la même énergie tout en restant réalistes. Il faut créer une « harmonie du décor » : tout est à sa place mais rien n’est en trop. Notre vrai challenge est d’optimiser au mieux les moyens limités d’une troupe de théâtre amateur, ce qui stimule d’autant plus notre créativité et notre sens de la débrouille. Nous sommes aussi des bricoleurs !
Notre présence au sein de la troupe est également importante au quotidien – notamment en festival – car nous représentons un véritable soutien pour les comédiens que nous chouchoutons, aussi bien d’un point de vue technique qu’humain. »

Costumes, décors, maquillage et coiffure : cette équipe hétéroclite est un pilier fondamental de l’Entracte qui étoffe – au sens propre comme au figuré – la troupe.

A propos de l'auteur
L'Entracte est la troupe de théâtre du CELSA, école de communication de Paris-Sorbonne. Composée d'étudiants amateurs, la troupe se renouvelle tous les ans et propose, en deux mois et demis, de monter une nouvelle pièce. De septembre à juin, l'aventure de l'Entracte est pleine de représentations à Paris et dans de nombreux festivals de théâtre ! Ces saltimbanques traversent donc la France avec la légendaire carriole de feu, symbole de notre troupe, qui transporte nos décors par monts et par vaux ! Délurés, déterminés et ambitieux, les membres de la troupe s'efforcent de toujours présenter une pièce de bonne facture. C'est toujours avec le sourire aux lèvres et l'énergie au ventre que la passion pour le théâtre et l'énergie de la troupe se transmettent de générations en générations, depuis douze ans maintenant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :