Les dessous du week-end théâtre !

Un huis clos à Champigny-sur-Marne, cela peut sembler glauque et tout droit sorti d’un fait divers du dimanche : c’est pourtant ainsi que la troupe de l’Entracte a passé son salvateur week-end de la Toussaint, avec au programme improvisations, répétitions et complicité.

Ce week-end théâtre est le passage obligé pour nos cinq comédiens et nos deux metteurs en scène : véritable clé de voûte de la pièce en pleine construction et élément fondamental pour la cohésion de la troupe, voici un petit aperçu de leur retraite théâtrale, du point de vue des comédiens.

«Le week-end se passe extrêmement bien ! C’est un sentiment d’immersion dans un projet commun, on ne pense qu’à ça et c’est ce qui permet de créer une cohésion; ce sont aussi les «moments autres» qui sont importants et qui créent l’esprit de troupe, c’est ce qui nourrit notre complicité sur scène : c’est ça qui est fou ! D’un point de vue théâtral, ce week-end nous permet de faire des exercices, de générer des réflexions communes sur la pièce, de faire des propositions, de mieux comprendre les personnages. C’est un véritable travail de détail : on progresse sur la compréhension en finesse, sur les intentions etc. Et c’est ce format d’immersion qui le permet.» Raphaëlle

«La véritable valeur ajoutée de l’Entracte et de ses metteurs en scène, c’est tout le côté improvisation que je n’avais pas eu dans mes précédentes expériences de comédienne : avant, on restait toujours cloué au texte. Ici, on en est libéré – c’est ce que l’on appelle le hors-scène – et on projette notre personnage dans des perspectives qui n’existaient pas.» Sarah

«Bien que j’ai moins d’expérience que les autres en tant que comédien, mon expérience théâtrale a totalement changé : cela vient notamment de la pièce, qui est axée sur le quotidien de la génération de nos parents, ce qui diffère des grands classiques en alexandrins. Mais cela vient également du fait de la direction de Talia et Antoine, qui ont trouvé un juste équilibre entre ce qu’ils veulent et notre créativité.» Benoît

«Pour moi, ce qui est extraordinaire dans cette troupe et dans la mise en scène de cette pièce, c’est l’écoute des comédiens : Talia et Antoine nous font accoucher de nos interprétations personnelles avec notre créativité. Et c’est une collaboration magique. Ici, on réapprend l’authenticité et la spontanéité du jeu.» Laurène

«Cette pièce particulière, et pas nécessairement connue, nous ouvre de nouveaux horizons théâtraux et partager ça avec des metteurs en scène ayant l’expérience de l’Entracte et du Celsa crée d’autant plus de liens entre nous.» Baptiste

Il y aura donc clairement un avant et un après week-end théâtre pour la troupe :
«Avant le week-end, on connaissait la pièce parce qu’on l’avait lue; maintenant, on la connaît parce que c’est la nôtre et qu’on l’aime.» Antoine

A propos de l'auteur
L'Entracte est la troupe de théâtre du CELSA, école de communication de Paris-Sorbonne. Composée d'étudiants amateurs, la troupe se renouvelle tous les ans et propose, en deux mois et demis, de monter une nouvelle pièce. De septembre à juin, l'aventure de l'Entracte est pleine de représentations à Paris et dans de nombreux festivals de théâtre ! Ces saltimbanques traversent donc la France avec la légendaire carriole de feu, symbole de notre troupe, qui transporte nos décors par monts et par vaux ! Délurés, déterminés et ambitieux, les membres de la troupe s'efforcent de toujours présenter une pièce de bonne facture. C'est toujours avec le sourire aux lèvres et l'énergie au ventre que la passion pour le théâtre et l'énergie de la troupe se transmettent de générations en générations, depuis douze ans maintenant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :