Mais où s’arrêteront-ils ?

Après une saison riche en victoires, de Cannes à Reims, de Paris à Cabourg, l’Entracte s’était lancé un dernier pari : participer au premier festival de théâtre amateur de Mouffetard, qui offrait au vainqueur l’accès au théâtre parisien pour une représentation, en juin. Sandra, l’une des deux metteurs en scène, se souvient : « Quand j’ai reçu l’invitation, je me suis dit : allez, pourquoi pas, de toute façon on n’a rien à perdre… Et puis ce serait quand même dingue de pouvoir tous jouer à Mouffetard pour clôturer cette année en beauté ». L’Entracte remplit alors le dossier d’inscription, qui constitue la première phase de la sélection. Des 40 troupes candidates, 13 seulement sont retenues : l’Entracte en fait partie.

Le deuxième tour de sélection est plus compliqué : jouer 5 minutes, au choix, d’une pièce imposée (la même pour toutes troupes), Building, de Léonor Confino, qui se joue actuellement au théâtre Mouffetard. La pièce en question est une satire moderne de l’univers de l’entreprise, décrit comme à la fois drôle, absurde, impitoyable, et déshumanisant. « Rien à voir avec Danser à Lughnasa », raconte Sandra : « ambiance, personnages, travail de mise en scène, costumes, décors… tout s’opposait, et ça nous a fait le plus grand bien ! ». La mise en scène est alors le travail de toute la troupe, chaque comédien et comédienne faisant apparaître des idées originales.

A l’issue de ce deuxième tour, il n’en restait que 6 : l’Entracte est toujours dans la course ! Au dernier tour, il fallait présenter 15 minutes de la pièce Building, au théâtre Mouffetard, lors d’une représentation ouverte au public. Et après près de 30 minutes de délibération, le jury (qui était composé de l’auteure et du metteur en scène de la pièce, mais aussi du directeur du théâtre Mouffetard, et de grands professionnels du théâtre) rend enfin son verdict : « Et le gagnant est… L’Entracte !« . La troupe du Celsa exulte, et jouera donc le 26 juin au théâtre Mouffetard.

Franchement, on ne s’y attendait pas. On voulait y croire, et on y croyait dur comme fer quand on le préparait, on a tous eu des supers idées de mise en scène, on s’est vraiment investis, amusés, éclatés à monter ce projet tous ensemble, mais on était face à des troupes adultes très bonnes, qui nous ont fait beaucoup rire, et qui avaient vraiment plus la tête de l’emploi, l’âge et le physique qu’il fallait. Mais le jury a récompensé « la convergence qu’ils ont ressentie entre d’excellentes idées de mise en scène et un très bon jeu des comédiens ». Alors que pour certaines autres troupes, soit la mise en scène, soit le jeu n’était pas forcément au rendez-vous.
On était sur un petit nuage… C’était un immense moment de bonheur partagé. Le bonheur d’être ensemble et de savourer une victoire qu’on a menée de front, tous ensemble, main dans la main. On en était tous encore tout émus quand on est rentrés chez nous tard dans la nuit… la sourire encore flottant sur nos visages tout épuisés. Ravis. Y’a pas d’autre mot
A propos de l'auteur
L'Entracte est la troupe de théâtre du CELSA, école de communication de Paris-Sorbonne. Composée d'étudiants amateurs, la troupe se renouvelle tous les ans et propose, en deux mois et demis, de monter une nouvelle pièce. De septembre à juin, l'aventure de l'Entracte est pleine de représentations à Paris et dans de nombreux festivals de théâtre ! Ces saltimbanques traversent donc la France avec la légendaire carriole de feu, symbole de notre troupe, qui transporte nos décors par monts et par vaux ! Délurés, déterminés et ambitieux, les membres de la troupe s'efforcent de toujours présenter une pièce de bonne facture. C'est toujours avec le sourire aux lèvres et l'énergie au ventre que la passion pour le théâtre et l'énergie de la troupe se transmettent de générations en générations, depuis douze ans maintenant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :